Lumière de la Grande Mère

J’arrive près de l’entrée de mon appartement, beaucoup de gens sont là, toute une grande famille, couples plus ou moins âgés, enfants, ados, toutes générations en fait, tous habillés en blanc. Il me semble que je dois les informer que leur grand-mère à tous m’a invitée à déjeuner, avec quelques autres, pour me remercier de quelque chose. J’ai un peu peur qu’ils pensent que j’usurpe leur statut, leur place. Mais non, ils ont l’air d’y être assez indifférents. Ils sont ok avec ça. J’entre dans mon appartement, qui est lui aussi d’un blanc éclatant, lumineux, nickel ! je vais mettre un disque, écouter de la musique, un peu fort. Je crains que ça les gêne, mais en fait non.
Histoire avec des femmes, des filles, j’ai une petite fille dans les bras, un bébé, il y a un trajet en préparation, un déménagement ?
Retour vers le futur, la voiture du héros se retrouve, fumant et noircie par le voyage, dans un monde archaïque, entourés de guerriers chevelus, armés de lances. Il va devoir ruser pour se sortir de là. Il avait été envoyé là car il y avait un danger imminent.

La rêveuse parle de sa crainte d’exercer un pouvoir sur les autres en laissant libre cours aux énergies intenses qu’elle ressent profondément.

« Leur grand-mère à tous » est une jolie façon de désigner la Grande Mère. Celle ci demande un contact particulier avec la rêveuse, qu’elle souhaite nourrir, et plus particulièrement certaines parties d’elle.
Mais la rêveuse ne se sent pas légitime ; heureusement la prise de conscience de la Grande Mère semble naturelle à toutes les parties qui la composent, anciennes et jeunes énergies. Et elle retrouve chez elle, dans son espace psychique personnel, le blanc, la lumière de toutes ces parties favorables au contact avec la Grande Mère, dans l’expression et non dans le pouvoir. Depuis plusieurs années un des principaux axes de travail de cette femme d’une quarantaine d’années est un complexe mère auquel la composante transgénérationnelle a donné de l’ampleur. Ainsi elle projetait beaucoup de négatif sur l’archétype de la Grande Mère, percevant surtout des risques d’enfermement, d’emprise.
Les aspects positifs de cet archétype pouvant être mieux contactés avec ce rêve, c’est immédiatement le féminin et le masculin, beaucoup influencés par ce complexe, qui sont impactés :

  • un féminin nouveau se fait jour
  • pour ce qui est du masculin, il doit passer de la dimension archaïque du héros, qui gêne le processus d’individuation, à une dimension plus sage, favorisant la poursuite de la positivation de l’Animus.
Facebook