groupes de rêves 
Connais toi toi-même ....                        
et tu connaîtras l’univers et les dieux   
 

Catherine Rouaud 
  

 

Article

  IMPRIMER   SIGNET  


Sur l’Archétype de la Grande Mère
 
.

Selon ma compréhension, l’archétype de la Grande Mère désigne l’origine

La Grande Mère n’est pas qu’ une déesse de fertilité ni même que la Grande Déesse, elle est beaucoup plus puisqu’ elle est l’une des deux polarités du Père-Mère Eternel, que l’on pourrait aussi bien dénommer la Mère-Père Eternelle.

Plusieurs sources de réflexion vont dans ce sens

Si l’on considère le Corpus Hermeticum d’Hermès Trismégiste , dont l’on situe la rédaction dans les premiers siècles de notre ère, et qui est largement inspiré des enseignements de l’Ancienne Egypte, on comprend que « Le divin hermaphrodite précède la dualité et pour que la manifestation puisse se déployer le principe va se polariser en un côté mâle, l’essence, et un côté féminin, la substance. » L’essence y est définie comme un aspect du principe fixe, la trame du monde, ses attributs étant le bien et le bon et la substance  désigne le monde et le temps D’après E SCHURE c’est dans cette substance que se font les suggestions et les transmissions de pensée ……. ce qui peut nous éclairer sur la synchronicité

Donc masculin et féminin en Dieu … comme dans chaque être humain, chaque être vivant, et même au-delà si l’on se rapporte au Kybalion . Ce faisant on ne s’éloigne pas du Corpus Hermeticum puisque ce Kybalion est une étude sur la philosophie hermétique de l’Ancienne Egypte et de l’Ancienne Grèce publiée au début du 20° siècle
On y trouve le principe de polarité :« Tout est double ; toute chose possède des pôles » et le principe de genre : « Il y a un genre en toutes choses ; tout a ses principes masculin et féminin ; le genre se manifeste sur tous les plans (physique, mental, spirituel)»

Plus récemment, dans sa conférence « La Mère du Monde et la Hiérarchie Féminine » Elisabeth Warnon en 1990 précise « Dieu la Mère c’est la matière cosmique, la Sagesse immanente, le Saint Esprit. Elle est la Sophia, l’âme du Monde, les eaux de l’espace, qui pénètrent même les plus hauts niveaux de l’Univers… C’est la racine de la matière vierge …… qui peut donner naissance à l’Univers entier, à tous les mondes et à leur contenu …
Lorsque naquit le monde matériel, le Verbe s’est incarné. La Mère éternelle est donc inévitablement associée au Père Eternel, car c’est dans son sein – l’espace vierge – qu’Il circonscrit l’Univers…
Jusqu’ici l’humanité a été dirigée par le Père, l’Homme et son pouvoir . On a oublié la Mère avec le véritable Amour et avec la Nature, car la Mère est aussi la Nature»

Il nous appartient de différencier la polarité féminine, avec ses attributs, et le féminin, avec ses caractéristiques, et c’est toute une démarche.
Les hommes comme les femmes peuvent conscientiser et exprimer cette polarité de Dieu-Mère, même si les caractéristiques de l’incarnation féminine facilitent le plus souvent, et du moins au début du chemin d’individuation, l’expression de certaines facettes de cette polarité féminine.

Et l’on a eu tendance à réduire la Grande Mère à la Déesse Mère, avec ses caractéristiques féminines, plus précisément maternelles, et ne pas la considérer en tant que Dieu-Mère et surtout, mais c’est très difficilement accessible, Mère-Père éternelle, qui est donc de double polarité, masculin et féminin.
Et ce faisant l’Archétype de la Grande Mère s’est nourri, au fil des siècles, de nos perceptions de cette polarité féminine, et de toutes ses représentations par des femmes : mère, épouse, sœur ….. d’où les confusions des attributs de la polarité originelle avec les caractéristiques du Féminin, surtout actuel et personnel. Et ceci d’autant plus que pendant ces siècles le contact a été très faible avec ces attributs de la polarité féminine, alors qu’il l’était avec les attributs de la polarité masculine et de ses nombreuses incarnations masculines, le plus souvent dans le pouvoir et trop souvent dans l’oppression et même la répression des femmes, avec leurs caractéristiques, reflets des attributs de la Mère Eternelle.
Dans les cultes de Déesses Mères il est difficile de savoir maintenant si ce sont les attributs ou les caractéristiques qui ont été vénérés. C’est plus facile avec des déesses plus proches comme Isis, précédée par Hathor, pour peu que l’on ne s’arrête pas à une première lecture mais que l’on donne aux concepts et aux mots tous leur sens. Ainsi peut se dégager l’attribut essentiel de la Grande Mère, Mère Eternelle dans son entité Père-Mère Eternel qui est de donner naissance ici-bas et aussi dans l’au-delà, ce qui est un retour à l’origine, à l’unité, avant même la double polarité.

Catherine Rouaud, Novembre 2017
  

 

Back to top